Version bêta
"Nous sommes en présence d’une identité manifeste (...)"

Saison 1 ( janvier à mai 2007 )

samedi 22 août 2009

La première saison démarra sur les chapeaux de roues et les événements se multiplièrent (cinq cours d’histoire et six conférences en cinq mois). Quoiqu’épuisant, cela créa un momentum intéressant. La rédaction de textes engagés accompagna une démarche qui se fit d’abord et avant tout surtout sur le terrain : organiser et gérer les rencontres, expliquer et définir le projet IQ.

Une série d’événements politiques jalonna la saison. Pure coïncidence, le collectif lança ses activités au moment où le gouvernement Harper reconnaissait la nation québécoise . Plus tard, les déboires électoraux annonçaient la fin du PQ, avant de renaître avec à la barre une Pauline Maroie souriante, pétillante, presque rajeunie.

Dans ce contexte politique, nos conférenciers semblaient s’entendre sur une chose : le projet d’indépendance nationale, propre à générer l’identité collective, a trop longtemps été laissé aux mains d’une élite restreinte de politiciens, responsable en tout et partout du futur québécois. Trop longtemps, nous avons projeté nos rêves dans une dialectique nationale bloquée, en espérant le « oui », mais butant sur un « non ».

Jusqu’à nous faire oublier le rôle du citoyen, comme nous le rappela Michel Venne, le fondateur de l’Institut du Nouveau Monde, un forum citoyen québécois.

Jusqu’à nous faire oublier le territoire québécois, que nous connaissons si peu et si mal, comme nous le rappela le géographe Léonce Naud.

Jusqu’à oublier notre histoire, jalonnée d’échecs, mais traversée d’avancées fulgurantes, comme nous le montra Jacques Lacoursières.

De ces conférences, nous en tirons la conclusion suivante : d’une souveraineté strictement politique, il faudra désormais trouver le chemin de la souveraineté populaire.

© 2007-2011 Collectif Identité québécoise. Tous droits réservés.